Paroisse de la croix glorieuse 2

Source historique du laemmele

Jean Baptiste avait désigné Jésus à ses disciples comme «l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde». Puis, la veille de sa mort, au cours du dernier repas avec ses disciples, IL leur a donné une coupe de vin en leur disant : «Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude, pour le pardon des péchés», ils ont compris qu’IL se présentait comme «l’Agneau de Dieu».

C’est pourquoi, dans l’Apocalypse de saint Jean, le Christ ressuscité est symbolisé par un agneau immolé, mais vivant, glorieux et victorieux. Dans l’art héraldique, l’Agneau est le symbole de la douceur, de la candeur, de l’innocence, de la bonté, de la franchise. Il est toujours, sur les écus, représenté de profil et souvent nimbé. Depuis le Moyen-Age, l’agneau pascal est représenté portant un étendard dans une de ses pattes antérieures : la bannière du Christ frappée d’une croix.Chaque année à Pâques, apparaissent dans les devantures des boulangers-pâtissiers d’Alsace de paisibles troupeaux d’agneaux, qui, finement saupoudrés de sucre glace et décorés d’un petit étendard multicolore, ce sont les Osterlammele, (Lamele ou Lammele, prononcé Lamala dans le Haut-Rhin, signifie « petit agneau »). Cette tradition typiquement alsacienne et chrétienne du Lammele est attestée par le théologien catholique Thomas Murner dès 1519. Ils devraient normalement être décorés d’un petit ruban rouge. Pourquoi ?

Lire la suite

Agneau he raldique